Nos Métiers

Le Club de la presse rassemble à la fois des journalistes, des communicants, et des professionnels de l’image. Une occasion de croiser les expériences, de mieux comprendre le travail de chacun et d’offrir également des ateliers de perfectionnement et de découverte.

Ressources utiles

Droits & déontologie

Ethique et déontologie des journalistes

La pratique du journalisme est régie par deux textes de références :

  • La Charte d’éthique professionnelle des journalistes français écrite par le Syndicat national des journalistes de 1918, remaniée en 1938 et 2011.
  • La Déclaration des Droits et Devoirs des Journalistes, dite Charte de déontologie de Munich signée le 24 novembre 1971 par les syndicats de journalistes de six pays membres de la CEE (France, Allemagne, Belgique, Italie, Luxembourg et Pays-Bas) ainsi que par l’Autriche et la Suisse. Il reprend les principes de la Charte d’éthique professionnelle des journalistes français écrite par le Syndicat national des journalistes de 1918, remaniée en 1938 et 2011 confirmant notamment le secret professionnel et en y ajoutant le devoir de la protection des sources d’informations des journalistes.

Convention collective des journalistes

Aux deux chartes s’ajoute la convention collective nationale de travail des journalistes s’appliquant à la totalité des 35047 (chiffres du CCIJP de 2017) journalistes titulaires de la carte de presse et bénéficiant du statut de journaliste professionnel.

Celle-ci complète le statut de journaliste professionnel institué par la loi Brachard de 1935, loi à l’initiative de la création de la Commission de la carte d’identité des journalistes professionnels (CCIPJ.)

A noter que l’arrêté ministériel du 2 février 1988 étend l’application de cette convention à toute entreprise de média, même non-adhérente à une organisation patronale.

Droits des professionnels de l'image

Photographes, vidéastes voire graphistes… L’ensemble des professionnels qui travaillent pour la presse et le secteur de la communication est large. 

Droits des communicants

Qu’ils soient salariés d’une structure privée ou d’une collectivité, ou à leur compte, les professionnels des relations publiques dispose d’une charte éthique propre. Adopté en 1965 puis amendé en 1968 et 2009 par l’International Public Relations Association (IPRA), le Code d’Athènes  édicte les règles éthiques concernant ce secteur. Ce code est reconnu par les pays membres de l’Organisation des Nations Unies.

Par la suite, le code de conduite de l’IPRA réalisé en 2011 vient compléter et renforcer le premier dans la perspective d’une pratique internationale éthique et socialement responsable du métier.

Liens utiles

La Carte de presse - mode d'emploi

Disponible pour 65 € (tarif pour la France), valable deux ans et dans 130 pays, la carte de presse internationale peut faciliter l’accès à des événements, les relations avec des services officiels (armée, police) ou organismes privés à l’étranger voir de sauf conduit dans des zones hostiles.

Elle ne remplace pas la carte de presse délivrée par la CCIPJ ni celle délivrée par le Ministère des Affaires étrangères aux journalistes travaillant en France pour des médias étrangers. Pour en bénéficier, il faut :

  • Le journaliste doit être membre d’un syndicat ou d’une association affiliée à la Fédération Internationale des Journalistes (FIJ) ;
  • La demande doit être faite par le biais des organisations nationales de journalistes telles que le SNJ.

Pour en savoir plus : www.ifj.org/fr/carte-de-presse/

La carte de presse

Attribuée par la Commission de la carte d’identité des journalistes professionnels (CCIJP), la carte de presse est renouvelable chaque année, moyennant finances et certains critères :

  • Le journalisme doit être l’occupation principale régulière ;
  • Le demandeur doit justifier de trois mois consécutifs d’activité (via les fiches de salaires) pour une première demande, 12 mois en cas de renouvellement.
  • Concernant les rémunérations à la pige, la moyenne mensuelle (sur trois ou 12 mois selon si c’est une première demande ou un renouvellement) doit être supérieure à 660 € bruts / mois. Si la rémunération est inférieure, la Commission jugera au cas par cas suivant si la revenus proviennent pour plus de la moitié de l’activité journalistique. En cas de refus, le candidat à un mois pour faire appel auprès de la Commission supérieure.
  • Le demandeur doit payer 48,80 € pour les frais de dossier et frais d’enquête (l’employeur prend la moitié des frais à sa charge.) Pour les pigistes, la Commission réclamera directement la part employeur à l’employeur principal (ou au deux principaux dans le cas de collaborations multiples.)
  • En cas de collaboration avec des sites d’informations non rattachés à une entreprise de presse ou pour les sociétés de production audiovisuelle ne bénéficiant pas du statut d’agences de presse, la Commission demande les statuts de la société ainsi qu’une preuve comme quoi le demandeur relève de la convention collective nationale de travail des journalistes (CCNTJ) ;
  • Pour les sites Web, la Commission demande une copie d’écran des articles.

Bon à savoir :

  • Les journalistes travaillant dans les publications rattachées aux collectivités territoriales peuvent demander la carte de presse si les publications sont inscrites à la Commission paritaire (CPPAP.)
  • Les pigistes payés en droits d’auteur (Agessa) peuvent, pour une première demande, bénéficier de la carte de presse s’il s’agit bien d’une activité journalistique exercée à titre principal et procurant à l’intéressé la majorité de ses ressources. La Commission vérifie alors le taux de TVA appliqué. S’il est de 19,6 % comme pour les artisans, les dossiers sont rejetés. S’il est de 5,5 %, le dossier est étudié. A noter que pour le renouvellement de la carte, le nombre de paiements en Agessa doit avoir diminué sensiblement ou disparu.

Plus d’informations auprès de la Commission de la carte d’identité des journalistes professionnels :
221 rue La Fayette – 75010 Paris
Bureaux ouverts de 9 h à 17 h
Téléphone : 01 40 34 17 17 / www.ccijp.net

Fermer le menu
consequat. et, mattis nunc ut dolor Praesent venenatis ipsum