Médiapéro : exposition Marinus au Musée de la Résistance

Médiapéro : exposition Marinus au Musée de la Résistance

A travers des photomontages époustouflants, c’est un voyage dans la géopolitique des années 30 que nous propose l’exposition « Marinus photomontages satiriques 1932-1940 », visible au Musée de la Résistance jusqu’au 21 octobre.

Marinus : un lanceur d’alerte ?

Justine Decool, chargée de communication et Alice Buffet directrice, nous commentent cette exposition et nous font découvrir cette étonnante succession de photomontages qui, sur le mode satirique, nous raconte la montée du nazisme et le déclenchement de la 2ème guerre mondiale.

Force est de  constater que bien avant les événements de la deuxième guerre mondiale, certains avaient déjà compris, prévu, on peut même dire dans ce contexte « photographiés », la

barbarie dans laquelle le monde va tomber quelques années plus tard.

Marinus Jacob Kjelgaard, journaliste et photographe danois, né en 1884 à Copenhague. Formé à l’Académie Royale des Beaux-Arts, réalise ses premiers photomontages au journal J’ai Vu et intègre en 1932 Marianne, un hebdomadaire fondé par Gaston Gallimard.

Ils sont tous là : Roosevelt, Churchill, Hitler, Gohring et bien d’autres, mis en scènes dans des situations et des postures qui si elles sont satiriques, n’en sont pas moins également effrayantes.

Chaque semaine Marinus publie un photomontage, dans lequel il parodie l’actualité internationale, inspiré par des oeuvres classiques ou mythologiques (peinture, sculpture ou film), le comique de la mise en scène rend encore plus percutant les messages d’alerte envoyés à l’opinion publique.

 

L’hebdomadaire Marianne, qui n’a rien à voir avec celui actuellement dirigé par Jean-François Kahn se revendique comme « l’hebdomadaire de l’élite intellectuelle française et étrangère ». Orienté à gauche des grands noms du milieu culturel parisien, tels que Antoine de St-Exupéry ou Marlène Dietrich y contribuent. A l’arrivée des allemands en 1940, Marinus et la rédaction trouvent refuge à Lyon où le dernier numéro du journal sort le 28 août 1940.

Après la guerre, Marinus ouvre une agence de photographies à Paris et il mourra en 1964.

Un grand merci à Justine Decool et Alice Buffet, pour leur accueil et la visite de l’exposition.

Texte et photos : Club de la Presse

 

 

Fermer le menu
vel, mattis quis, lectus id, luctus in venenatis, non consectetur risus. Donec