Martine Kohly : Lutter contre toutes les formes de discriminations

Martine Kohly : Lutter contre toutes les formes de discriminations

La vice-présidente du Département en charge de la jeunesse, du sport, de la vie associative et du devoir de mémoire Martine Kohly a répondu aux questions du Club de la Presse à l’occasion du lancement du Prix Journalisme & Société.

Le Département de l’Isère s’est engagé aux côtés du Club de la presse de Grenoble pour le prix du meilleur reportage collégiens sur le thème «Discriminations, inégalités, racisme et antisémitisme. » Pour quelle raison ?

Nous avons au Département un vrai attachement au devoir de mémoire, avec la volonté de donner aux jeunes et notamment aux collégiens les moyens de réfléchir à ces questions et de pouvoir lutter contre toutes les formes de discriminations et de racisme. C’est d’autant plus important que ces problématiques auxquelles ils sont très sensibles sont très peu abordées durant la scolarité. À l’heure où les derniers témoins directs de la Shoah sont en train de disparaître, nous sommes à une période charnière.

Comment faire pour agir dans ce sens ?

Il faut multiplier les occasions de rencontres avec d’anciens résistants et les associer aux commémorations : dernièrement, cinq cents jeunes ont pu entendre le témoignage de Pierre Gascon, résistant et déporté rescapé de Buchenwald. L’attention, le respect, l’intérêt étaient incroyables : ils étaient captivés.

En dehors de ce prix du meilleur reportage, comment comptez-vous mobiliser plus particulièrement la jeunesse ?

Le Musée de la Résistance et de la Déportation de l’Isère est un très bon support de réflexion pour les enseignants et pour les jeunes avec une scénographie moderne, qui recourt largement aux nouvelles technologies. Nous avons aussi créé la Course de la Résistance le 8 mai, pour rappeler ces valeurs fondatrices. Sur le parcours, des panneaux signalent aux participants des lieux emblématiques de notre histoire : après Grenoble et les Chambarans, la troisième édition nous emmènera sur les traces des maquisards du Trièves au Pas de l’Aiguille, qui sera déclaré « nécropole nationale » en juillet prochain.

Véronique Granger

Photo : Frédérick Pattou

Fermer le menu
diam Lorem porta. ut fringilla ut Donec consequat.