Atelier : « créer une Web Radio demande du temps, de la passion plus que de l’argent »
Rémi Morvan, fondateur de la Web Radio lyonnaise rock, électro, TrentMix Radio animant l'atelier, "Comment créer sa web radio."

Atelier : « créer une Web Radio demande du temps, de la passion plus que de l’argent »

Journaliste radio passé par NRJ puis par RCF, musicien, Rémi Morvan alias TrenT a toujours voulu créé sa propre radio. Un pari concrétisé il y a sept ans avec TrenTMix Radio et un retour d’expérience partagé avec le club lors d’un atelier dédié.

« J’ai toujours voulu créer ma radio », affirme, en préambule Rémi Morvan, fondateur de TrenTMix Radio, une Web Radio rock, électro diffusé dans 80 pays et comptant annuellement 300 000 auditeurs uniques. « A l’origine, je souhaitais monter une radio FM classique. Très rapidement, je me suis aperçu que cela nécessiterait un investissement financier important sans oublier un temps d’attente de quatre ans minimum pour monter un dossier CSA (Conseil Supérieur de l’Audiovisuel.) Loin de se décourager, il décide de réaliser son rêve en privilégiant Internet et fonde sa Web Radio fin 2011 – début 2012, TrentMix Radio se consacrant, en partie, à faire émerger de nouveaux talents. « Journaliste radio de formation et de profession, j’ai découvert un univers de passionnés. »

Vous avez dit Web Radio ?

Peu connu du grand public, parfois méprisé par les grands médias, la Web Radio est un vecteur d’informations sous exploité. Et pourtant ! Pas moins de 5000 flux audios sont dénombrés en France. « Avec TrentMix Radio, j’ai voulu montrer qu’il est possible de faire des émissions professionnelles de qualité et inverser cette tendance afin de mieux faire connaître cet univers. » Concrètement, une Web Radio fonctionne comme une radio « traditionnelle », la flexibilité en plus, diffusée en streaming sur Internet. Ce médium n’est pas soumis aux quotas imposés par le CSA, ce qui offre une plus grande liberté dans les choix musicaux et les émissions thématiques.

Créer une web radio coûte 10 à 15 fois moins chère qu’une radio FM

« A titre de comparaison, une radio FM doit s’acquitter de frais de diffusions et de frais de fonctionnement compris, à minima, entre 12 000 à 35 000 €/an. Monter une radio FM est quasiment impossible sans investisseur. Pour une Web Radio, ces frais sont estimés à 3000 €/an tout en permettant de toucher un auditorat à l’international, ce qui est rarement le cas d’une radio FM… »

Comment la créer ?

Créer une Web Radio nécessite un faible investissement financier, mais du temps. « Un budget situé entre 250 € à 550 € suffit selon si vous disposez ou non d’un PC. Une table de mixage et des enceintes de marque Behringer, un micro style t-bone avec un pied et son câble ainsi qu’un casque Superlux suffise amplement pour débuter. Un logiciel open-source comme Audacity pour « monter » vos sons, et le tour est joué ! », précise TrenT. Pour diffuser vos créations, un lecteur CD ou un smartphone et un PC sont recommandés. Une fois votre concept créé, le matériel acquis et paramétré vient alors la création de votre Web Radio proprement dite.

De nombreuses plateformes existent facilitant la diffusion et la création d’une web radio

« Il existe sur le marché des plateformes dédiées à la création de Web Radio, certaines gratuites, d’autres payantes. Radionomy permet de se faire la main avec une offre gratuite. Son problème réside dans des bugs récurrents et de la publicité imposée », souligne Rémi. Et de poursuivre : « Les plateformes VestaRadio et Radio King s’avèrent plus efficaces pour un investissement raisonnable. Pour TrenTMix Radio, nous avons opté pour Radio King proposant un abonnement mensuel de 49 € qui peut monter à 100 €/mois si nous leur sous-traitons la création et la maintenance de notre site Web, ce que nous avons fait. » La plateforme se charge alors de quasiment tout. Une fois les listes de lecture enregistrée, la Web Radio est diffusée. « Nous pouvons tout gérer grâce à cet outil, et ce, en direct. Besoin de couper momentanément la musique pour lancer un flash info, c’est possible ! »

Quel business modèle ?

Côté administratif, il faudra s’inscrire à la Sacem (88€/an), à la Société civile des producteurs phonographiques (500 € HT/an) et à la Société Civile des Producteurs de Phonogrammes en France (500 € HT/an.) Reste encore à financer votre Web Radio. Là pas de recette miracle, la qualité fera que les auditeurs viendront à vous ou non. « Chez TrentMix Radio, nous avons décidé d’être une radio commerciale et donc de ne pas passer sous un statut associatif. Une régie publicitaire a été créée en parallèle, TrentMix Advert. Nous collaborons avec des écoles de communication pour nous épauler.

Il n’y pas de recettes miracles, c’est de la motivation et du temps

Sur des opérations ponctuelles, nous avons recours au mécénat… » Présent sur les réseaux sociaux, la Web Radio poste 4 à 5 fois par jour et est référencé sur plusieurs annuaires spécialisés. « Nous développons des partenariats. » Comptant quatre chroniqueurs, TrentMix Radio est la seule Web Radio à couvrir le Printemps de Bourges connu pour sa manifestation culturelle, moins pour ses coulisses, cet évènement étant la plus grande concertation française de l’industrie musicale. « Cela nous permet d’avoir une certaine aura auprès des attachés de presse avec qui nous travaillons tout au long de l’année. » Le média s’est diversifié en parallèle, rédigeant des communiqués et dossiers de presse ainsi que dans la formation avec des cours en ligne sur Udemy.

Perspectives

Diffusant quatre émissions thématiques (Deejay Academy, Muteki, British Connection, 120 minutes),  TrentMix Radio a interviewé à ce jour plus d’une centaine d’artistes, des acteurs de la série Kaamelott en passant par le batteur de Placebo à Nellie Oleson (la méchante dans la Petite Maison dans la Prairie.) Chaque semaine, la web radio reçoit une vingtaine d’albums d’artistes émergents.« Nous écoutons tout et nous sélectionnons les personnes à diffuser. Nous disposons d’une régie mobile car il est important d’être proche de notre public. En ce sens, nous animons en direct live une émission au Hard Rock Café à Lyon. »

En moyenne, une web radio dure trois ans

Jusqu’à présent diffusé sur le Web et par le biais des smartphones avec une application dédiée en cours de développement, Trentmix Radio vient d’intégrer les radios d’Orange proposées dans leur offre Internet et attend beaucoup des autoradios connectés. « Cela nous permettra de toucher de nouveaux auditeurs écoutant leurs émissions dans leur voiture. »  Et Rémi de conclure : « en moyenne, une web radio dure trois ans. L’investissement en temps est très important. Ce qui compte c’est de garder la motivation. C’est une affaire de passionnés ! » Et vous, prêts à créer votre Web Radio ?

Texte et photos : Laurent Marchandiau

Fermer le menu
vulputate, ipsum libero mi, sed fringilla ut